Possession, Paul Tremblay aux éditions Sonatine (Horreur)

Possession Paul Tremblay éditions sonatine horreur

Possession. Un titre qui vous fait déjà froid dans le dos. Les personnes qui me connaissent seront sûrement très étonnées de découvrir que j’ai pu lire un roman tel que celui-ci, ils savent que je suis émotive et que je déteste tout ce qui se rapproche de près ou de loin au domaine de l’horreur… Mais un certain concours de circonstances a fait que j’en suis arrivée à lire le premier roman de Paul Tremblay publié en France, et je remercie les éditions Sonatine de m’avoir permis de découvrir un genre qui m’intrigue finalement beaucoup. Parlons un peu plus de cet ouvrage…

On ne peut pas se tromper, le titre et la couverture sont plus qu’évocateurs, nous savons à quel type de roman nous avons affaire rien qu’à regarder ces yeux perçants qui vous fixent et que l’on a de plus en plus de mal à regarder au fil de la lecture.

Paul Tremblay, présenté comme le nouveau Stephen King, attise notre curiosité avec ce roman déroutant qui traite d’un sujet angoissant tel que la possession et l’exorcisme. Un sujet controversé avec lequel l’auteur a souhaité se démarquer en réinventant l’horreur à l’ère des médias et de l’avènement de la télé-réalité, amenant sans doute l’essor du genre horrifique au plus grand public.

L’histoire de Possession

Les Barrett ont tout d’une famille normale malgré un père au chômage jusqu’au jour où Marjorie, la fille ainée de 14 ans, va commencer à manifester des signes inquiétants de troubles de la personnalité. Crise d’adolescence ou symptômes étrangement apparentés à la schizophrénie, des événements de plus en plus angoissants se produisent et les parents décident de tout mettre en œuvre pour « sauver » leur fille. Les moyens mis en place n’ayant aucun effet, les Barrett décident de faire appel à un prêtre, qui ne voit qu’une seule solution : l’exorcisme. À court d’argent, la famille accepte l’offre généreuse d’une chaîne de télévision; en contrepartie, elle suivra la guérison de Marjorie en direct. L’émission connaît un succès sans précédent. Pourtant, elle est interrompue du jour au lendemain sans explications. Que s’est-il passé dans la maison des Barrett ?

L’histoire est racontée à travers les yeux de Merry, petite sœur cadette qui s’est pas elle-même surnommée « la survivante »…

Mon avis

Je vais essayer de ne pas vous en dire trop. Je peux vous dire avec certitude que ce livre est effrayant, dès les premières pages nous sommes plongés dans une atmosphère sombre et très vite sinistre. La lecture est déroutante car par la facilité de lecture on arrive vraiment à s’imaginer à la place de la petite Merry qui est très jeune et encore innocente. Les scènes de crises sont choquantes, surtout du point de vue d’une petite fille de 8 ans, et vous font énormément réfléchir, imaginer… Le texte est si immersif que l’on éprouve une réelle angoisse à la lecture des pages qui se suivent.

Dans ce thriller terrifiant, Paul Tremblay exploite avec intelligence les thématiques de la possession, de l’exorcisme mais aussi du voyeurisme à travers la TV réalité et ses vices de « mise en scène ».
Ce roman nous tient en haleine jusqu’au dénouement qui lui aussi s’avère surprenant, même quand vous pensez être sorti d’affaires vous n’êtes pas au bout de vos surprises

Sans vous raconter, la fin de cette histoire a réussi à  me tirer quelques larmes mais m’a surtout beaucoup perturbée.
Possession fait partie de ces quelques livres qui continuent à nous hanter bien après la dernière page.

 

N’hésitez pas à partager vos romans préférés,
je serai ravie d’avoir de nouvelles références à ajouter à ma pile à lire…
Je vous embrasse,

rs_facebook rs_twittersignaturers_insta rs_snapchat 

D'autres lectures...

1 commentaire

  • Marine

    18 mai 2018 at 14 h 04 min

    Ce livre doit être effectivement très prenant et pas facile à lire, mais il me donne bien envie 🙂

    Merci pour ce partage ma belle !

    Bon week-end,
    Marine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *